Depuis 2006, l'ASER (Agence Sénégalaise d'Electrification Rurale) met en oeuvre dans le département de Foundiougne un service d'électrification rurale. Environ un ménage sur sept a été équipé de systèmes solaires dont la puissance permet, au mieux de faire fonctionner un frigo. La demande est très forte mais 30 % des usagers ne disposent pas de ressources suffisamment stables pour accèder au service.

En zone rurale, le travail, celui des hommes comme celui des femmes, est effectué à la main, à l'exception parfois des labours et semis pour lesquels les paysans les moins pauvres utilisent la traction animale.

Qu'il s'agisse de moissonner, de battre le mil ou de le piler par exemple, souvent les bras manquent puisque les jeunes s'en vont chercher ailleurs des conditions de vie qu'ils espèrent meilleures. Le travail qui incombe à ceux qui restent est d'autant plus épuisant qu'ils sont affaiblis par la malnutrition et les maladies graves générées par la consommation d'eau insalubre.

La production ne peut être transformée : en particulier, les récoltes d'oléagineux sont vendues brutes ; le travail est donc très peu rémunéré. Accéder à l'énergie signifie pouvoir extraire l'huile, commercialiser un produit fini et valoriser le travail.

Seul l'accès à l'énergie peut empêcher les exploitations de rétrécir jusqu'à cesser d'être viables et la misère de s'accroître.

Pour les pêcheurs, la priorité c'est de pouvoir réfrigérer le poisson. En effet, le produit de la pêche quotidienne leur est acheté par des grossistes qui l'écoulent sur les marchés hebdomadaires, particulièrement sur celui de Kaolack. Faute de pouvoir conserver le poisson, ils sont dans l'incapacité de faire jouer la concurrence et donc contraints d'accepter les prix proposés sans négocier.

Quant aux artisans, ils migrent massivement vers les villes où d'une part, ils trouvent une clientèle solvable et où d'autre part, ils peuvent alimenter un moteur en électricité : les installations solaires dont, petit à petit, les villages sont équipés ne fournissent pas une puissance suffisante et le recours au gasoil est exclu par son prix. Or un département rural ne peut vivre sans ses artisans.

Accéder à l'énergie n'est pas un luxe : c'est une nécessité.

 

page précédente : Le problème de l'eau  page suivante : Fondements du programme EESF